FC Franchevillois : site officiel du club de foot de FRANCHEVILLE - footeo

Fondation du FC Franchevillois

Le FC Franchevillois a été officiellement fondé en janvier 1940. Mais son histoire a commencé un peu avant que les statuts ne soient déposés en Préfecture.
En septembre 1939, quatre jeunes amateurs de football (Henri Pegand, René Cormet, Julien Gailleton et Robert Blanc) décident de se réunir au sein d’un club. Ils décident du nom et des couleurs (bleu et blanc), et 15 jours après ont lieu les deux premiers matchs de l’histoire du FC Franchevillois. Les juniors affrontent Sainte-Foy-lès-Lyon et les seniors Chaponost. « Tout ça s’est fait dans la bonne humeur », se souvient Robert Blanc, membre fondateur à 15 ans, toujours actif au sein du club à 90 ans.

Un club mené par ses adhérents
Le FC Franchevillois commence son histoire entre matchs amicaux et réunions au café de la Bascule, dont le propriétaire est le trésorier du club.
Les membres décident des couleurs des maillots : bleu et blanc. Ils développent leur association sans beaucoup de moyen, en misant sur leur énergie et sur le soutient des habitants de Francheville. Ce sont les adhérents qui construisent les vestiaires, les bâtiments et la main courante entourant le terrain. Ces réalisations accueillent toujours les nouvelles générations de joueurs.

Le club a accueilli jusqu’à 500 licenciés, et est parvenu jusqu’au 6e tour du championnat de France (match perdu contre l’équipe de la Duchère). Le club a régulièrement vu débuter de très belles carrières, comme celles de Florian Maurice (sélectionné en équipe de France), Christophe Breton (gardien de but à l’Olympique Lyonnais), Fabrice Grange (entraîneur des gardiens de but de l’Équipe de France), ou encore Éric Poulat (arbitre international).

Sous le nom du FC Franchevillois ont aussi lieu d’autres comme une équipe de basket féminine fondée en 1947 et des rencontres d’athlétisme. Les membres aménagent d’ailleurs une piste d’athlétisme autour des terrains de football, inaugurée en 1940 en présence de nombreux athlètes lyonnais.

Alphonse Jourdan
Le deuxième président du club, jusqu’en 1958 a beaucoup fait pour développer le FC Franchevillois. « C’était un homme très respecté, avec une grande notoriété, et qui avait toujours de nouvelles idées pour faire connaître le club et Francheville » se souvient M. Blanc. Il faut dire qu’il faisait déjà partie de deux associations sportives… Il était président de la Ligue d’athlétisme de Lyon et vice-président de la Ligue française d’athlétisme. Sous son influence, les membres du club se démènent. Ils animent la ville, qui en a bien besoin en ces temps de guerre. Quand ils n’ont pas les crampons aux pieds, les joueurs organisant des défilés, élisant la Reine de Francheville le soir de la Saint-Sylvestre ou se font acteurs et garçons de café lors de la « Nuit des Etoiles » la veille du 14 juillet. Et ce bien que de nombreux membres manquent à l’appel, prisonniers de guerre ou maquisards…

« On avait un esprit de club, on était fiers de porter le maillot et de défendre notre clocher », se souvient Robert Blanc. Lors des premières décennies du club, la butte du chemin de fer près du stade était recouverte de spectateurs venus voir les matchs.
« La mentalité aujourd’hui a changé. Les parents s’investissent moins. Après le match, les joueurs prennent leur sac et s’en vont », regrette M. Blanc. « Mais ça repartira » prévoit-il, « on a de nouveau une équipe active et motivée ».